Friday, November 15, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size



Le Saint Esprit
Prédication de  Henk Van Pagée
 
 
 
Au début du siècle dernier, il y avait un jeune homme de 25 ans qui voulait émigrer au Canada. C’était un fils de fermier hollandais.  En ce temps-là il n’était pas si simple d’aller au Canada car on ne pouvait pas encore s’y rendre en avion.  Il fallait prendre le bateau à vapeur et le grand voyage durait plusieurs semaines.  Avant de pouvoir prendre un billet pour la traversée, le jeune homme devait épargner pendant assez longtemps pour pouvoir en payer le prix.  Lorsqu’enfin cela fut fait, il se demanda de quoi il aurait besoin pendant la durée du voyage.  Il pensa naturellement à la nourriture bien qu’il se réalisa qu’il ne pourrait pas en emporter beaucoup car la nourriture ne se conserverait pas assez longtemps.  Il se dit alors qu’il prendrait une grande boîte de biscuits secs bien nourrissants et qui conservent bien. Il prit également un grand fromage de la ferme.  Il supposa que l’équipage lui donnerait bien un peu d’eau à boire. Ainsi fut fait et lorsque le moment arriva, il partit avec le grand bateau à vapeur en direction du Canada.
Et chaque jour, à l’heure du repas, le jeune homme s’assit sur le pont où il mangea quelques biscottes avec un morceau de fromage et but un gobelet d’eau.  Après un certain temps, il s’étonna de ne jamais voir d’autres passagers  manger comme lui sur le pont.  Un jour, alors qu’il était occupé à se restaurer, un passager vint vers lui et lui dit : « Cher ami, pourquoi manges-tu toujours des biscottes et du fromage sur le pont ?  Et avec ça, tu ne bois que de l’eau !   Tout cela n’est pas vraiment sain !. » Le jeune fermier lui répondit : « Je ne suis pas riche et je n’ai pu payer que la traversée.  C’est pourquoi je me contente de ce que j’ai emmené. »


Mais , répondit le voyageur, ne sais – tu pas que nous mangeons tous en bas ?  Viens donc voir. Et il emmena le jeune homme vers le restaurant où tout le monde se régalait d’un bon dîner. « C’est magnifique, s’écria le jeune homme, mais moi je n’ai pas de quoi payer ce luxe . Je suis pauvre ».  « Mais, lui répondit l’homme, si tu as payé ton ticket pour le voyage, la nourriture est incluse.  Tu as payé, donc tu peux manger à notre table chaque jour.
Le jeune fils de ferme était très étonné mais lorsque il eut bien compris, il s’écria : Oh, comme j’ai raté beaucoup de bonnes choses.  Comme je voudrais avoir connu ceci plus tôt……………..
 
Comprenez-vous la portée de cette histoire ?
En réalité elle résume l’essentiel de ce message à propos du Saint Esprit.
 
La première question que je veux vous poser est la suivante : « Comment vivez-vous ?  Comment vous comportez-vous sur le bateau qui vous emmène vers votre destination finale ?  Etes-vous une personne qui s’estime déjà heureuse d’être du voyage, mais qui, en fait, se contente spirituellement d’un peu de pain et d’eau ?  Etes-vous cette personne qui mange des biscuits secs et qui boit un peu d’eau mais qui ne s’assied pas à une table généreuse ?  Vous reconnaissez-vous dans l’ignorance du fils de ferme ???
 
Lorsque Jean était occupé à baptiser dans le désert , il vit arriver Jésus et il reçut en même temps une vision de Dieu. 
Vous pouvez lire ceci dans l’évangile de Jean, chapitre 1 verset 29 à 34. Cette vision lui donna une profonde compréhension du ministère de Jésus Christ. Attention, ce qui se passa alors était formidable ! Pendant que Jésus se trouvait là à quelques mètres au milieu de la foule, Jean reçut une révélation à Son sujet !  Et cela a du l’envahir.
Car la révélation au sujet du Fils de Dieu comporte beaucoup de choses.  Jean aurait pu dire de Jésus qu’Il était le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, le Prince de paix.  Jésus était aussi le plus grand prédicateur et le plus grand guérisseur, etcétéra.  Nous pouvons dire beaucoup de choses au sujet de Jésus mais Jean était guidé par l’Esprit de Dieu et voyons ensemble ce que Jean va proclamer au sujet de Jésus.
D’abord, il dit quelque chose d’extrêmement magnifique : «  Voyez l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».  Et c’est ce qui me touche au plus profond.  C’est ce que je cherche, ce dont j’ai besoin.
Pendant ma jeunesse, j’ai cherché des réponses à mes questions vitales, comme : pourquoi j’existe, qui je suis en réalité, quel est le sens de ma vie ?  Et j’ai lu beaucoup de livres écrits par des philosophes, des théologiens et d’autres penseurs.  Mais tout ceci ne changea pas ma vie, ce n’était pas là ce dont j’avais besoin en tout premier lieu.  Mon plus grand besoin était que quelqu’un me délivre du péché.
Et ici nous touchons au noyau du problème du monde. Quel est le plus grand besoin de l’humanité ?  Les humains cherchent partout une certitude, une direction dans leur vie, quelqu’un qu’ils pourraient suivre.  Mais la première chose dont ils ont besoin n’est ce pas quelqu’un qui les délivre du péché et de la culpabilité ?
Jésus est l’Agneau de Dieu qui a été immolé pour nos péchés. Et c’est le noyau central de Son ministère.  Louons Dieu car des millions de personnes ont expérimenté que seul Jésus peut libérer réellement du péché et de la culpabilité.. Elles ont reçu la capacité d’aller librement à Dieu et de commencer une nouvelle vie grâce au sang de l’Agneau.
 
Malheureusement pour beaucoup de chrétiens, cela s’arrête là.  Ils croient et confessent que Jésus est mort pour leurs péchés et ils traversent la vie avec cette merveilleuse certitude.  Ils sont en quelque sorte passagers d’un grand navire, appelé «  Salut » et ils naviguent tranquillement vers l’autre rive.
Mais, attention à ce que je vais dire : Sauver des humains n’est que la moitié du ministère de Jésus.  Il y a plus !  Dieu ne veut pas que nous soyons des passagers passifs.  Jean a dit encore autre chose au sujet du ministère de Jésus, quelque chose qui est au moins aussi important que la rédemption. Et c’est de ceci que je veux vous parler aujourd’hui.
 
La seconde chose que Jean dit au sujet de Jésus c’est : « C’est lui qui  baptise d’Esprit Saint « .
Voilà donc l’autre partie du ministère de Jésus.  Et cette merveilleuse vérité n’est souvent que peu connue  des enfants de Dieu.  Il y a encore beaucoup d’ignorance en ce qui concerne l’Esprit Saint.
 
Le premier ministère de Jésus évoque des images connues. Je parle de Sa mort sur la croix.  Nous savons que cela a été infiniment précieux pour nous. Il est bon de savoir que nous sommes sauvés, que notre dette de péché a été payée. Nous pouvons vivre comme des affranchis : cela fait une différence d’entre vie et mort. Et tout cela est connu et clair.
 
Mais, je le répète : ce n’est que la moitié. La deuxième confession de Jean au sujet de Jésus est liée indissolublement  à la première : C’est celui-ci qui baptise d’Esprit Saint ! Il y a beaucoup de chrétiens qui ne savent pas ce qu’ils doivent penser de cette déclaration car ils n’en ont jamais fait l’expérience. 
Dans le monde, l’homme moderne connaît plus ou moins le contenu de Noël et de Pâques, mais pour ce qui concerne la Pentecôte, cela lui est totalement inconnu.  Mais hélas, beaucoup de chrétiens ne le savent pas non plus ; ils n’ont pas de représentation, pas d’expérience du Jésus Christ qui remplit du Saint Esprit !
 
Je vous pose donc la question : Connaissez-vous Jésus également comme celui qui baptise d’Esprit Saint ?  Est-ce que ce second fait de salut est important dans votre vie ?
Jésus a réalisé deux œuvres de salut formidables.
La première, c’est qu’Il fut crucifié comme Agneau de Dieu.  Parce qu’Il a accepté de souffrir terriblement, Il a aussi obtenu la plus grande victoire . C’est l’ universelle et la toute puissante œuvre de salut. Louons Dieu pour cela.
La seconde œuvre de salut réalisée par Jésus s’est déroulée le jour de Pentecôte. Ce jour-là Il a réalisé dans ses disciples sa promesse du baptême dans l’Esprit Saint.
Dans la lettre aux Hébreux ch. 12 v 2, nous lisons que Jésus a enduré la croix, méprisant la honte à cause de la joie qui était devant lui ! 
Je pense qu’une grande partie de cette joie était que, grâce à sa victoire, Il pourrait remplir des hommes de la Puissance de Dieu, le Saint Esprit, qui oeuvrait si puissamment dans sa propre vie.
Quel grand moment lorsque les disciples sont réunis le jour de la Pentecôte et qu’Il peut enfin réaliser son deuxième ministère.  Le ministère proclamé par Jean Baptiste : « Il vous baptisera d’Esprit Saint. »  Cette parole se réalise ! Lisez ceci dans Actes ch. 2. On emploie le mot baptiser ici et il convient très bien.  Celui-ci vous baptise !
Quiconque s’est fait baptiser par immersion en garde un merveilleux souvenir car c’est un évènement plein de signification.  Baptiser est quelque chose de céleste, le saviez-vous ? 
Dans une discussion avec les grands prêtres ; Jésus leur pose la question de savoir si le baptême de Jean venait du ciel ou des humains. Jésus leur dit avoir Son autorité de la même source, donc du ciel.  Ce baptême que Jésus a recommandé à Ses disciples, et donc à nous, vient du ciel. Voyez Marc 16 v 16 : «  Celui qui croira et recevra le baptême sera sauvé ».
Et le baptême dans l’Esprit Saint ? Oui, bien sûr, c’est aussi un baptême qui vient du ciel.  Nous ne l’avons pas inventé nous-mêmes.  C’est Dieu qui le donne aux hommes qui le désirent.
Peut-être pensez-vous que le Saint Esprit  ne commence à travailler en vous qu’à partir du moment où vous êtes baptisé justement du Saint Esprit.  Mais nous ne pouvons pas limiter l’Esprit Saint car Dieu est à l’œuvre partout.  Il est dit de l’Esprit Saint qu’Il convainc le monde de péché, de jugement et de justice.  L’Esprit de Dieu est toujours à l’œuvre auprès des hommes qui cherchent Dieu.  Il leur montre leur vide, leurs péchés et qu’ils ont besoin de Jésus pour vivre une vraie vie.
Mais la bible parle aussi d’un baptême dans l’Esprit Saint, d’être rempli de l’Esprit Saint. Et les disciples du Seigneur en sont notre plus grand exemple.  Les disciples étaient des personnes bien préparées et entraînées.  Pendant trois années, ils ont accompagné Jésus.  Ils ont entendu Ses paroles.  Ils ont vu les guérisons,  les délivrances, les changements de conduite, les miracles et les signes.  Et même, Jésus les avait envoyés deux par deux pour mettre en pratique ce qu’ils avaient appris. Ils ont vu de leurs propres yeux  que Jésus est ressuscité de la mort.  Et après Sa résurrection, Jésus les a encore enseignés pendant 40 jours.  Pendant cette période ,Il leur enseigna les mystères du Royaume de Dieu. Il est aussi écrit qu’Il leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Ecritures.  Quelle bonne formation ! On ne peut faire mieux.  Et pourtant, à Son ascension, Jésus dit dans Luc 24v 49 « J’enverrai sur vous ce que Mon Père a promis, mais vous, restez à Jérusalem jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. »
C’est fascinant, n’est ce pas ?  Voilà comment cela doit se passer.
C’est la promesse du Père  que nous serons remplis de Son Esprit.  Mais c’est Jésus qui exécute la promesse. Nous avons lu dans Luc 24 ;49 : « J’enverrai ».  C’est donc Jésus qui baptise d’Esprit Saint.  Et ce que Jésus a promis là à Ses disciples, cela est arrivé .  Nous le lisons dans Actes ch. 2 et pas seulement là mais à travers tout le livre des Actes.  Et ceci  n’est pas seulement de l’histoire car si notre foi n’est qu’un fait historique, alors c’est le début de la fin.  Si nous ne faisons que nous remémorer le Vendredi Saint et Pâques et si nous ne faisons que commémorer la fête de Pentecôte, à quoi cela nous servira-t--il ?  Nous ne nous occuperions alors que de l’histoire de l’Eglise.
Ce message concerne une Pentecôte continuelle et personnelle.  Si vous dites que les disciples ont reçu là une force magnifique, mais que cela n’est arrivé qu’une fois, alors vous ne parlez que d’histoire.
Mais si Jésus a dit : J’enverrai la promesse du Père sur vous , cela nous concerne aussi.  Cette promesse vaut également pour nous, maintenant ! Et combien avons-nous besoin, dans notre temps, d’être revêtus de puissance d’en Haut ! (Actes ch . 1)
L’Esprit Saint  est-il une force ou une personne séparée ?  Pouvons-nous définir l’Esprit de Dieu en un mot ou une idée ?  Non, cela nous est impossible.  Nos mots ne suffisent pas pour décrire ce puissant Esprit de Dieu.  L’Esprit Saint nous est représenté de beaucoup de manières et avec beaucoup d’images.  Une profonde vérité est qu’il s’agit toujours de l’Esprit du Père, que l’on peut distinguer mais jamais séparer du Père.
Dans cette prédication ,  il ne s’agit pas tant de vous donner une définition de l’Esprit de Dieu mais bien de vous montrer qu’il est possible de vivre avec l’Esprit Saint, d’en être rempli et d’en vivre !
 
On lit dans l’Ancien Testament que le Saint Esprit descendait sur un prophète et qu’ensuite ce prophète prophétisait ou qu’il accomplissait un miracle.  Pendant ce moment, le prophète était revêtu de puissance, mais cela restait occasionnel car l’Esprit se retirait ensuite.  La promesse de Jésus va beaucoup plus loin.  Il ne dit pas seulement qu’il va envoyer la promesse du Père sur nous , mais encore que  « l’Esprit va être en nous et y rester ».  Jésus promet une présence continuelle, une relation permanente avec le Saint Esprit.
C’est particulier, n’est ce pas ?  Vous vous demandez peut-être comment serait cette relation ?
J’imagine que vous vous posez des questions à ce sujet.
Regardez quelle relation nous pouvons avoir avec notre Père céleste : c’est une relation filiale d’enfant avec son père.  Dieu est mon Père et je suis Son enfant.  Et cette relation peut s’approfondir et devenir de plus en plus précieuse.  Il est tellement bon d’expérimenter qu’Il me voit, qu’Il me connaît, qu’Il me chérit et prend soin de moi.  N’est ce pas l’une des choses les plus merveilleuses que Jésus a promis :  Nous connaîtrons le Père.  Le mot « connaître » est si important quand il s’applique au Père car Jésus a dit fréquemment à ses disciples et aussi aux pharisiens et aux scribes : vous ne connaissez pas le Père !  Ah, si vous pouviez Le connaître !
 
Mais encore :  comment concevoir la relation avec le Saint Esprit ?  Je vais vous lire un texte dans Jean 7 v. 37 : Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, debout, s’écria : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive !  Celui qui met sa foi en moi, -comme dit l’Ecriture- des fleuves d’eau vive couleront de son sein. »  Il dit cela au sujet de l’Esprit qu ‘allaient recevoir ceux qui mettraient leur foi en Lui.
Dans ce texte, Jésus emploie l’image de l’eau vive pour désigner le Saint Esprit.
Et dans Apocalypse ch. 21 , v. 6 , c’est Dieu le Père qui parle : «  A celui qui a soif, je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement. ». Ceci est magnifique et voyez quelle en sera la conséquence au verset suivant : Je serai son Dieu et lui sera mon fils.
Je vois donc clairement quel est le résultat de cette eau vive : l’Esprit Saint vient habiter en moi et Dieu est mon Dieu et je suis Son fils.  Quelle relation intense !  C’est bien plus que d’être sauvés pour l’éternité et être devenus des enfants de Dieu.  Dieu veut que nous devenions tous Ses fils !  De quoi avons-nous besoin pour  ce faire ?  De l’eau de vie.  Nous avons besoin d’être remplis de l’Esprit Saint pour arriver à une toute nouvelle relation avec le Père.  Voulez-vous cette relation ?  Voulez-vous être des fils de Dieu ?  Par l’Esprit Saint, cela devient possible.
 
Notre relation avec Jésus est aussi une réalité merveilleuse .  Dans 1 Corinthiens ch. 1 v. 9, nous lisons : « Dieu est digne de confiance, lui par qui vous avez été appelés à la communion de son Fils, Jésus-Christ, notre Seigneur. »
Ce texte est très beau et nous concerne tous.  Tous, nous sommes appelés, et pas seulement les missionnaires.  Nous sommes heureux d’avoir des missionnaires mais ils ne sont pas les seuls à être appelés à une communion avec Jésus-Christ.  Et c’est la vocation la plus importante : avoir communion avec notre Seigneur Jésus-Christ.  Elle passe avant l’appel à la mission !
Comment devons-nous nous représenter notre communion avec Jésus ?
La bible est très claire à ce sujet.  C’est une communion riche et variée qui comporte beaucoup d’aspects.  Communion signifie avoir part à.  Nous participons à Jésus en beaucoup de domaines.
J’ai part à Sa rédemption , car Jésus est mon Sauveur.  Il est l’Agneau de Dieu qui m’a racheté du péché, m’a libéré du poids de ma faute et m’a réconcilié avec le Père.  Digne est l’Agneau !  il m’a sauvé !  Je suis un homme libre à présent !  Et ceci n’est pas non plus seulement un fait historique, mais c’est mon actualité de chaque jour !  Nous avons besoin de la rédemption de Jésus toute la vie durant et c’est pour cela qu’Il nous accompagne toute notre vie.  La communion avec Jésus Christ est une relation continue, agissante et porteuse de fruits.
 
Un autre aspect de cette relation est qu’Il est devenu mon Maître.
Et cet autre aspect est que je confesse maintenant : Seigneur , je vous sers, je vous reconnais comme mon maître et je suis votre disciple.  Je vous suis, j’écoute votre voix et je fais ce que vous me dites.
 
Cette communion avec Jésus comporte encore un autre aspect : Jésus a dit : Je suis la vraie vigne et vous êtes les sarments.  Nous lisons cette parabole dans l’évangile de Jean ch. 15.  Nous sommes les sarments et les sarments ne peuvent rien faire sans la vigne.  Cette image exprime combien nous sommes dépendants de Jésus et de Ses paroles.
 
Jésus est aussi mon frère.  Et ceci est presque incompréhensible.  Mais c’est pourtant  vrai.  Nous lisons dans Romains ch. 8 v. 29 : que Jésus est le premier-né d’une multitude de frères.  Il est mon frère aîné et je suis son petit frère.  Il est à mes côtés, Il me protège.  Il est mon exemple et je puis lui demander conseil.
 
Il est également le Seigneur exalté, couronné de gloire et d’honneur et assis à la droite du Père sur le trône.  C’est pourquoi je plie les genoux et je confesse : Jésus Christ est Seigneur, à l’honneur de Dieu le Père.
 
Je viens d’évoquer cinq aspects de la communion avec Jésus mais il y en a encore davantage !  Il est bon d’y réfléchir et de réaliser ce que cela signifie pour vous.  Et ne vous limitez pas à la réflexion mais mettez ceci en pratique : participez pleinement à la communion avec Jésus.
 
Etre chrétien peut se résumer en une phrase : vivre en relation  avec Dieu, avec Jésus Christ, avec le Saint Esprit.  Cette relation débouchera sur une bonne relation avec notre prochain.  Dans cette prédication je veux encore m’étendre sur la relation que nous pouvons avoir avec le Saint Esprit.
A cette fin je vais vous lire Jean ch. 14 v. 14 et suivants :
Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements et je prierai le Père pour vous et Il vous donnera un autre Consolateur qui sera avec vous pour toujours, l’Esprit de la vérité que le monde ne peut pas recevoir, parce qu’il ne le voit pas et qu’il ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous et qu’il sera en vous. »
Ces paroles sont très intenses : elles contiennent de grandes et profondes promesses : Nous pouvons connaître l’Esprit Saint et nous saurons si quelque chose vient de l’Esprit de Dieu ou pas.  Le Saint Esprit restera aussi avec nous pour toujours !
Quelle richesse de pouvoir expérimenter la présence de l’Esprit Saint dans notre propre vie !
 
L’expérience de l’Esprit Saint n ‘a rien à voir avec une expérience planante, ni avec des extases, ni des incantations pour invoquer l’Esprit Saint.  Ce n’est pas non plus le fait d’inviter l’Esprit Saint en chantant : Saint Esprit, soufflez sur nous.  La bible ne dit pas qu’il s’agit d’un sentiment ni d’une émotion particulière.  Jésus dit clairement : le Saint Esprit sera en vous et restera en vous et Il vous montrera le chemin vers la vérité .
Certaines personnes commencent leur journée en disant : Bonjour, Esprit Saint.  Elles ont appris à parler régulièrement avec l’Esprit Saint ;  Mais ceci n’est pas la communion, la relation dont Jésus parlait. On ne lit nulle part dans la bible que l’Esprit Saint est appelé, invité ou adoré.  Dieu ne veut donc pas cela.  La relation voulue par Dieu est une habitation vivante de l’Esprit Saint dans tout notre être, toute notre existence.
Il est écrit que l’Esprit Saint ne se cherche jamais lui-même. Voyez ce qu’en dit Jean ch. 16 v. 13 : »… il vous conduira dans toute la vérité car Il ne parlera pas de sa propre initiative mais il dira tout ce qu’il entendra et il vous annoncera ce qui est à venir. »
Donc, le Saint Esprit n’a pas de message propre.  Tout ce qu’il fait, c’est transmettre ce qu’il entend du Père et du Fils.
L’Esprit de Dieu ne veut pas qu’on lui accorde de l’attention, qu’on le glorifie, qu’on l’adore ; non, il dirige notre attention vers le Christ.
Jésus dit ( au verset 14) Lui me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi pour vous l’annoncer. »
Nous ne devons donc pas glorifier l’Esprit Saint car l’Esprit Saint glorifie toujours Jésus et Jésus glorifie toujours Dieu.
 
Posons-nous donc la question : Comment travaille le Saint Esprit alors ?
De différentes manières bien entendu, mais je pense à ce qui est écrit au début de la bible dans Genèse : « ..la terre était un chaos, elle était vide ; il y avait des ténèbres au-dessus de l’abîme, et le souffle de Dieu tournoyait au-dessus des eaux. »  Cette traduction rend bien le texte original : le souffle de Dieu tournoyait.  C’est une belle expression pour dire ce que l’Esprit de Dieu fait déjà avant que Dieu ne parle.
Et quand Dieu parle, son bras, ou son Esprit Saint exécute Ses paroles et la terre, qui était vide et chaotique devient une nature magnifique.
 
Le Psaume 104 qui est une louange pour la création dit au verset 30 : «  tu envoies ton souffle : ils sont créés, et tu renouvelles la terre. »  Donc, Dieu travaille par Son Esprit et Sa parole en tournoyant et cela continue.  Comme c’est merveilleux !
Cela a également valu pour moi : ma vie était un chaos et elle était vide lorsque je ne connaissais pas encore Dieu.  Elle était vraiment super vide. Jusqu’au moment où le Saint Esprit entra en action et me convainquit de mon vide et surtout de mes péchés.  Et l’Esprit Saint me guida vers la Parole de Dieu, vers notre Seigneur vivant : Jésus Christ. Alors tout se mit à fleurir !
Comment pouvons-nous laisser agir l’Esprit Saint plus profondément dans notre vie ?
Il ne sert à rien d’invoquer l’Esprit pendant longtemps ou d’entrer dans des transes spirituelles. Il n’existe aucun rituel ni liturgie à cet effet. S’imposer de lourdes charges ou des privations ne peut pas non plus rapprocher du Saint Esprit.
Retournons à la bible et voyons ce qu’elle en dit : Paul écrit aux Ephésiens au ch. 5 v. 18 : ne vous enivrez pas de vin, il mène à la débauche ; au contraire, soyez remplis par l’Esprit.
Etre rempli par l’Esprit est donc le contraire de l’ivresse ou des transes.
Je veux illustrer le fait d’être rempli d’Esprit Saint par un exemple :  Je prends un gant.  Un gant est le plus souvent confectionné en matière textile. Et les gants servent à protéger nos mains du froid ou de la chaleur, ou encore des dommages.  Le gant en lui-même est quelque chose de vide et qui ne peut rien faire.  Mais dès qu’une main vivante  l’enfile, il peut prendre, tenir ou écarter. Voyez-vous la différence ?
Enfilé, le gant est un instrument utile ; il permet de soulever et de tenir des objets. Je trouve que c’est un bon exemple pour illustrer ce que fait l’Esprit quand il nous remplit.  Sans l’Esprit Saint, nous sommes spirituellement vides comme ce gant, mous et incapables d’agir vraiment.  Mais quand la »main » de notre Père vient dans notre existence vide, nous devenons vraiment vivants et forts, capables de prendre et de garder des vérités de Dieu.
Je continue avec cette image : la couleur de ce gant n’a pas d’importance ni le fait qu’il soit fait de matières luxueuses ou pas .  L’important, c’est la main qui le fait se mouvoir !
Je voudrais vous demander : qu’en est-il de votre vie ?  Votre gant est-il rempli de l’Esprit Saint ?  Pouvez-vous prendre et garder les choses du royaume de Dieu ?  Pouvez-vous boire l’eau vive ?  pouvez-vous fermer le poing contre satan ?
Ou bien vivez-vous encore dans l’attente, dans le désir du Saint Esprit tandis que votre gant est vide ?
Dieu  ne veut pas que ses enfants vivent de cette manière, car Il veut que ses enfants trouvent, reçoivent et puissent transmettre.
Beaucoup de chrétiens chantent toujours la même chose au sujet de l’Esprit Saint, comme par exemple : Remplis-moi, remplis-moi à nouveau de ton Esprit. Et c’est comme si la main de Dieu se retirait à chaque fois de ce gant et qu’il fallait toujours recommencer.  Mais est-ce là le but du baptême dans l’Esprit comme Jésus l’a promis ?  Jésus n’a-t-Il pas dit qu’il ferait descendre sur nous l’Esprit de Dieu et que cet Esprit resterait avec nous ?  Le but du baptême dans l’Esprit est qu’on Le connaisse et que l’on expérimente son œuvre.
Lorsque Jésus promet un consolateur dans Jean 14 v. 17, il dit : l’Esprit de vérité que le monde ne peut pas recevoir, parce qu’il ne le voit pas et qu’il ne le connaît pas : vous , vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous et qu’il sera en vous. !
Est-il donc possible de connaître l’Esprit de Dieu ?  Oui, louons Dieu pour cela.  Comment apprendrons-nous à  Le connaître ?  Jésus dit : Vous connaîtrez l’Esprit Saint parce qu’Il habite en vous et qu’il reste en vous !  Il est donc toujours auprès de nous.  Quelle merveilleuse certitude !
Nous ne devons donc pas avoir beaucoup d’études bibliques sur l’Esprit Saint. Nous ne devons pas non plus mener une vie ascétique ni crier sans cesse : Venez, Esprit Saint, manifestez-vous à nous.
L’Esprit de Dieu témoigne avec notre esprit.  Cela se passe au plus profond de notre être, dans notre cœur.  Si vous voulez connaître toujours davantage l’Esprit de Dieu, ne le cherchez pas dans le ciel , mais écoutez ce que l’Esprit vous dit à l’intérieur.  Il vous révèlera les pensées du Père.
L’Esprit de Dieu nous guide et nous rend capables et là où est l’Esprit, des prodiges s’opèrent.
Le Saint Esprit nous convainc de péché, de jugement et de justice. Ces choses se passent dans notre cœur. Et dans la mesure où nous découvrons cette œuvre-là de l’Esprit en nous, nous apprendrons à connaître l’Esprit.  Dans le royaume de Dieu , tout est le fruit d’une relation : la force de témoigner, la direction pour la vie et tous les fruits et tous les dons de l’Esprit Saint.
La communication de l’Esprit Saint avec notre esprit est comme un mariage.
Dans le mariage, l’homme et la femme ont une relation entre eux non seulement lorsqu’ils se voient mais aussi lorsqu’ils sont éloignés l’un de l’autre. Ils expérimentent cette relation 24 heures sur 24.  Ils ne paniquent pas lorsqu’ils sont seuls pour un moment et ils ne se demandent pas si l’autre les a quittés.  Car ils savent qu’ils se connaissent, qu’ils sont faits l’un pour l’autre et qu’ils resteront ensemble.
Vous pouvez aussi avoir cette certitude à l’endroit de l’habitation du Saint esprit en vous !  Vous ne devez pas douter quand vous n’expérimentez plus l’Esprit Saint pendant un moment.  Si vous êtes dans des problèmes et que vous ne voyez pas la solution , soyez assurés que l’Esprit de Dieu reste en vous et ne vous quitte pas.
 
J’arrive à la conclusion de mon message.  Nous chantons un cantique qui dit : Et l’Esprit de Dieu traverse les frontières qui sont faites par des mains d’hommes .  Ceci est une formidable réalité.
Avant la naissance de Jésus Christ, servir Dieu et Lui rendre un culte était uniquement destiné au peuple d’Israël , c’est-à-dire à la descendance d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.  C’était le peuple élu.  Tous les autres peuples ne comptaient pas pour eux ; ils les considéraient comme des païens qui ne pouvaient pas servir le vrai Dieu.   Pendant des siècles, il y avait donc une frontière presque infranchissable .  Mais Jésus avait un message universel.  Il pensait à chaque être humain et mourut pour les péchés du monde entier.  Même après que Jésus eut réalisé la rédemption et qu’il ressuscita d’entre les morts, le peuple d’Israël conservait toujours cette frontière. 
Quand le changement s’opéra-t-il ?  Comment cette frontière serait-t-elle dépassée ?  La réponse est : Le jour de la Pentecôte.  Lorsque l’Esprit Saint est déversé sur les disciples et plus tard sur beaucoup d’autres.  L’Esprit Saint vient et traverse les frontières faites par les hommes !
Beaucoup de juifs deviennent alors chrétiens et sont remplis d’Esprit Saint.  Ils deviennent de puissants témoins.  Leur témoignage s’accompagne de guérisons et de délivrances.  En quelques décennies, l’évangile traverse tout l’empire romain et même au-delà.
Voyez-vous comment œuvre l’Esprit Saint ?  Il rompt les frontières traditionnelles. Et il l’a fait au cours des siècles qui ont suivi et Il le fait encore aujourd’hui.
 
Si une église érige quelque part une frontière qui n’est pas selon la volonté de Dieu, l’Esprit Saint voudra la traverser.  Mais Il ne le fera pas sans votre collaboration ni votre dévouement.  Vous devrez le vouloir vous-mêmes. Le Saint Esprit passe même au travers de l’intelligence lorsqu’il s’agit du parler en langues car ce don n’utilise pas l’intelligence.  Il faut traverser une frontière pour le recevoir.
 
Comment va votre propre vie ? Y laissez-vous l’Esprit Saint traverser des frontières ?  Peut-être des frontières construites par votre éducation, vos expériences négatives ou les convictions que vous ont données votre culture.  Il se peut que ces frontières vous tiennent éloigné d’une vie plus profonde avec Dieu.
La frontière  la plus difficile à casser  pour l’Esprit de Dieu, c’est la frontière que vous vous êtes imposée vous-mêmes car en général on veut garder cette frontière qui est devenue familière et qui donne un certain sentiment de sécurité.
Si vous vous rendez compte que Dieu vous invite à boire de l’eau vivante pour devenir un de ses fils et vivre dans Sa présence, sachez qu’il n’y a qu’une seule bonne réponse : « Père, me voici .  Je ne mets plus de frontières mais je veux tout recevoir de vous. Amen . »
 
Prière :
Père,  je vous remercie parce que vous nous voyez et vous nous connaissez.  Vous connaissez nos manquements et notre désir de recevoir plus de Vous.
Seigneur Jésus Christ, merci parce que vous voulez remplir nos manques.  Vous voulez envoyer l’Esprit du Père sur nous pour qu’il reste auprès de nous.  Jésus, vous êtes le même hier et aujourd’hui et ce que vous avez fait alors, vous voulez encore le faire maintenant.  Nous vous louons pour cela !
Seigneur, il n’y a pas de limites à votre pouvoir.  Aidez-nous, Seigneur Jésus, à lâcher nos frontières et à être remplis de votre Esprit afin que notre vie soit encore plus à l’honneur de votre saint nom.
 
AMEN.